Offrez un jardin potager à une famille

  • Un jardin permet de faire vivre une famille et de reverdir la région.

Burkina Faso - Nous faisons appel à votre soutien pour offrir une parcelle de jardin à une femme et à sa famille. Elle pourra y cultiver des légumes toute l’année et améliorer ainsi sa situation, aujourd’hui très précaire.

Au nord du Burkina Faso, les jardins maraîchers se multiplient. Ils permettent de faire vivre beaucoup de monde, à tel point que le secteur est devenu la première activité économique de la région. Celle-ci cherche à éviter que les jeunes émigrent et elle favorise la lutte contre l’avancée du désert. La région est en effet très sèche. Il ne pleut que rarement. Le désert et l’aridité menacent.

Augmenter les surfaces
Les habitants du village d’Ouindigui ont compris l’intérêt de mettre en place des jardins potagers. La population s’est déjà organisée en groupements féminins comme celui de NAAM. Quelque 300 femmes collaborent pour cultiver des légumes. Le succès est au rendez-vous. Elles récoltent toute l’année des oignons, des choux, des pommes de terre, etc., qui sont vendus en partie sur les marchés. Le reste est consommé par les familles. Grâce à ce travail, elles peuvent gagner l’équivalent de CHF 800.– par an. Cette somme représente davantage que le salaire annuel d’un gardien ou d’un petit vendeur. Face à ce succès, les groupements féminins NAAM désirent augmenter la surface des jardins et permettre à 258 femmes supplémentaires de les rejoindre.

Creuser des puits et clôturer
Les habitants ont déjà identifié le lieu, dans le bas-fond du village, à proximité des jardins déjà en place. Là, il s’agit de creuser des puits à la main. Il faut chercher l’eau à environ 10 mètres de profondeur. Les puits sont bétonnés pour éviter qu’ils ne s’affaissent. Il faut aussi clôturer la surface avec du grillage pour empêcher les chèvres, les moutons et les poules de détruire le travail. Ces aménagements coûtent trop cher pour que la population puisse les payer seule. Elle a donc fait appel à Nouvelle Planète.

Il est prévu de préparer une surface de deux hectares et de la répartir en parcelles de 77 m2. Chacune d’entre elles sera remise à une femme qui pourra la cultiver comme elle l’entend. Chaque femme paiera une petite location au groupement. Elle pourra aussi profiter de l’infrastructure et des activités communes de l’association : local de stockage, achat de graines en commun, formations, etc.
La région souffre beaucoup de la sècheresse. Il est donc aussi prévu dans le projet de planter des arbres. 150 arbres fruitiers seront répartis tout autour de la clôture. Des bassins seront également mis en place et deux motopompes
faciliteront l’arrosage. Les femmes ou leurs enfants pourront ainsi facilement puiser l’eau dans les bassins pour arroser quotidiennement les cultures.

Ce projet permettra d’améliorer le niveau de vie des habitants et de protéger un environnement fragile dans la région. Indirectement, c’est la scolarisation des enfants et la santé des habitants qui pourraient s’améliorer et éviter ainsi que les habitants ne quittent les villages.

Le coût d’un jardin pour une femme et sa famille est de CHF 49.–
Pour soutenir ce projet, il vous suffit d’indiquer « jardin » sur votre bulletin de versement.

Nouvelle Planète et les femmes d’Ouindigui vous remercient très chaleureusement de votre soutien.

Philippe Randin

Inscrivez-vous à un camp