Appel de septembre 2016

  • Le centre de santé provisoire

L’accès à des structures de santé de qualité est un luxe. En Suisse nos primes nous le rappellent ; au Myanmar, les décès par manque de soins sont fréquents. Les habitants d’un village demandent de l’aide.

Les freins d’un scooter grincent devant le bureau de notre équipe de coordination à Kalaymyo. Une minute plus tard, un personnage inconnu franchit le seuil de la porte. C’est un habitant du village de Doe Nwe. Son village se situe à 65 kilomètres de route au sud, dont 10 kilomètres de piste. Il nous transmet une demande de soutien des villageois pour construire un centre de santé. Notre équipe vérifie que le dossier soit correctement présenté, explique sa démarche d’analyse et prévoit une visite de terrain. Avant de partir, l’inconnu jette un dernier regard et répète : « Merci de prendre en considération notre demande ».

Une analyse de la situation détaillée

Avant d’évoquer un soutien potentiel, notre équipe entreprend une étude précise à plusieurs niveaux. Tout d’abord, elle se rend auprès du département régional de la santé, afin de s’enquérir de la situation du village de Doe Nwe. En résumé il dispose d’un petit bâtiment, initialement prévu comme logement pour une partie du corps médical. Or, actuellement il est utilisé comme centre de santé. Il a été construit il y a une année avec de l’argent alloué par le gouvernement qui prend également en charge l’équipe médicale de cinq personnes : deux infirmiers assistants, deux sages-femmes et une accoucheuse. Par contre, l’Etat a refusé de débloquer une rallonge pour assainir la situation.

La visite de terrain s’impose. Nos deux chargés de projets enfourchent leurs motos et se rendent dans le village pour rencontrer d’une part les autorités politiques, d’autre part l’équipe médicale et les villageois. Au fil des discussions, de l’analyse des statistiques médicales répertoriées dans un carnet et de la visite du local existant, ils découvrent l’ampleur des besoins. L’infrastructure est totalement inappropriée pour ce centre de santé. Celui-ci est la structure de référence médicale pour quasi 6'000 habitants provenant du village de Doe Nwe, mais également de Kyauk Phu ! L’équipe médicale enregistre une vingtaine de consultations par jour et une dizaine d’accouchements par mois. Les habitants y viennent aussi pour l’achat de médicaments homologués, les soins en cas d’accident de la route ou le suivi de grossesses. Les accouchements se font par contre à domicile, souvent dans des conditions précaires, en raison du manque de place.

Principales maladies traitées en 2015 :

  • 376 cas d’hypertension,
  • 299 cas de grippe saisonnière,
  • 194 cas de diarrhée
  • 47 cas de dysenterie,
  • 30 cas d’infections de l’estomac,
  • 18 cas de typhoïde,
  • 10 cas de malaria.

Un centre de santé unique en son genre

La mise en place d’une structure de qualité adaptée au contexte local s’impose. Suite à une réflexion approfondie, la solution retenue par notre équipe de coordination avec l’approbation des villageois et de l’équipe médicale, est d’ériger un bâtiment en U avec l’espace et l’équipement nécessaires pour garantir une sphère d’intimité et pour éviter que les malades ne côtoient les femmes enceintes.

La joie des villageois se lit dans les visages à l’annonce de l’octroi du financement nécessaire de la part de Nouvelle Planète. La chevauchée initiale a donc valu la peine. Les villageois de Doe Nwe et nous vous remercions chaleureusement de votre aide.

Xavier Mühlethaler

Inscrivez-vous à un camp