Appel de septembre 2014

  • Des jeunes en cours pratique de ferraillage

  • Le bâtiment à réhabiliter

INDE - S’insérer sur le marché du travail lorsque vous êtes jeune relève souvent du parcours du combattant. Si en plus, vous ne disposez que d’une éducation scolaire rudimentaire, la tâche devient quasi impossible, sauf dans le cas d’emplois très précaires avec les risques qui y sont liés.

66% de la population indienne a moins de 35 ans ! L’intégration des jeunes sur le marché du travail est donc un enjeu crucial en Inde comme ailleurs dans le monde. Les dernières élections ont d’ailleurs fait transparaitre une scission générationnelle. Les adultes continuaient à voter par tradition et
par devoir de mémoire pour le parti du Congrès national indien, tandis que les jeunes n’ont pas hésité à choisir l’opposition qui a fi nalement  remporté les élections. Etonnant ? Non, car tout au long de sa campagne, le parti de l’Alliance démocratique nationale s’est adressé aux jeunes et leur a promis de l’emploi.

Le début d’un cycle infernal

Les jeunes qui quittent prématurément l’école et qui se retrouvent ainsi sans formation reconnue, ne trouvent que rarement du travail pour subvenir à leurs besoins quotidiens. Ils proviennent essentiellement de couches socio-économiques défavorisées. Leurs parents sont dans l’incapacité fi nancière de les aider à reprendre pied. L’abandon des études est souvent le début d’une descente aux enfers qui mène à la mendicité ou à l’intégration de réseaux criminels. Le manque de qualifi cation mène à des travaux temporaires précaires. Il entraine également un sentiment d’inutilité et de dévalorisation personnelle. Il engendre souvent l’exclusion sociale avec des effets qui sont diffi cilement supportables.
Le recours à l’alcool et aux drogues parachève souvent cette chute dans les abysses de la solitude et de la précarité.

La formation professionnelle comme antidote

Pour éviter un tel enlisement de la situation, l’association Maharogi Sewa Samiti a mis sur pied en 1997 à Anandwan le centre Yuvagram,  littéralement « village des jeunes ». Il y accueille les jeunes qui ont quitté prématurément l’école ou/et qui sont au chômage dans l’est de la
région de Vidarbha. Il y propose des apprentissages intensifs de six mois qui leur permettent d’acquérir les connaissances et les compétences nécessaires dans une dizaine de domaines. Les frais de logement, de nourriture, de santé, ainsi qu’un peu d’argent de poche sont octroyés aux pensionnaires durant l’entier de leur séjour.

La grande majorité des jeunes qui ont déjà bénéfi cié d’une telle formation a pu décrocher un emploi décent dans l’année suivante et retrouver confi ance. Plus de 1'500 jeunes ont bénéfi cié jusqu’à présent de ce programme de réinsertion professionnelle et sociale. Ils sont d’ailleurs suivis et aidés après la formation pour s’insérer dans le monde du travail. Pour faciliter cette transition, l’association Maharogi Sewa Samiti a conclu des accords avec certaines entreprises pour intégrer les jeunes.

L’activité du centre de formation professionnelle a dû malheureusement être suspendue l’année dernière car l’hébergement des élèves ne  respectait plus les standards minimaux de sécurité et d’hygiène. Le toit du bâtiment n’était plus étanche, les dortoirs ainsi que les toilettes étaient inadaptés. L’association Maharogi Sewa Samiti a mis à profi t ces deux années pour défi nir une stratégie claire afi n de relancer les activités.

Relancer l’activité et former 80 jeunes par an

L’association partenaire a fait appel à Nouvelle Planète pour couvrir les coûts concernant la rénovation complète de la structure qui doit permettre d’accueillir et d’héberger les jeunes hommes. Elle désire en effet relancer le programme de formation professionnelle et mettra à disposition
les formateurs, l’encadrement et les ateliers nécessaires. 80 jeunes par an pourront être accueillis dès la fi nition des travaux. Durant la journée les jeunes suivront les formations alliant théorie et pratique dans les divers ateliers d’Anandwan. De nombreuses opportunités leur seront offertes : menuiserie, ébénisterie, informatique, électricité, mécanique, électronique, artisanat du cuir et du textile, tissage, imprimerie, couture, gastronomie, etc. Cette grande variété de choix permettra à chaque jeune de trouver une spécialisation professionnelle qui lui convient.

Votre soutien pourrait être de :
- CHF 35.- pour la formation d’un jeune durant six mois
- CHF 77.- pour offrir un lit avec un matelas

Les jeunes ayant quitté prématurément l’école sans formation obtiendront ainsi une seconde chance au centre de formation professionnelle.
Elle leur permettra de faire éclore leurs potentialités et de les utiliser pour (re)découvrir leur vocation professionnelle permettant de mener une vie digne.

Nous espérons que vous nous aiderez à favoriser la formation de ces jeunes. Pour soutenir ce projet, il vous suffi t d’inscrire Yuvagram sur votre bulletin de versement.

Nous vous remercions d’avance de votre soutien.

Xavier Mühlethaler

Inscrivez-vous à un camp