Appel de novembre 2015

  • Actuellement : le stockage traditionnel.

  • Après l’intervention : le stockage dans une banque de céréales.

Pour Noël, offrez un sac de mil aux familles de Touba Cocky

Disposer de suffisamment de nourriture dans son assiette n’a rien d’une évidence. Les familles de Touba Cocky le savent. Elles nous le rappellent à l’occasion de la période de fêtes. Elles désirent mettre en place une banque de céréales et obtenir des sacs de mil.

Les lumières scintillent dans les rues, les étals des supermarchés se garnissent de délicieux aliments, l’odeur épicée du vin chaud parfume les rues et des opportunités de cadeaux nous envahissent. Cette opulence nous aveugle et nous fait perdre de vue que nous sommes dans une position enviable tandis qu’une partie de la population mondiale a comme préoccupation principale de chercher de quoi manger pour le prochain repas.

A 4'100 kilomètres de chez nous...
Pendant que nous flânons entre les maisonnettes en bois du marché de Noël, les villageois de Touba Cocky, à 150 kilomètres à l’est de Dakar, s’affairent à la construction de greniers à grains traditionnels en tiges de mil. Ils y stockent une petite partie de leur récolte même si la construction n’est pas sûre et facilement inflammable. Ils  vendent  le  reste  des céréales pendant la période des récoltes à de faibles prix, puisque à ce moment-là l’offre est supérieure à la demande.

Six mois après, cette tendance s'inverse, mais cette fois, ce sont les paysans qui n'ont plus de céréales pour nourrir leur famille. Ils doivent alors racheter leurs propres produits au quadruple du prix originel. Cette spéculation, très lucrative pour les commerçants, a des effets dramatique pour les familles. Pour couvrir leurs besoins alimentaires une fois leurs réserves épuisées, les paysans vendent leur cheptel ou contractent des dettes. C’est le début d’une spirale infernale qui entraine la population dans une situation de précarité où la survie quotidienne occupe les esprits.

Offrez un sac de mil à CHF 40.– aux familles du village.
Pour ce faire, il vous suffit d’indiquer mil Sénégal sur votre bulletin de versement.

S’émanciper de la spéculation
Le groupement « And Défar » de Touba Cocky a décidé d’agir. Il souhaite mettre en place une structure communautaire de stockage. Autrement dit il va proposer un grenier communautaire sous forme d’une halle de stockage des récoltes. La réussite de projets similaires dans les villages de Talakh et Diassoum l’ont incité à se mobiliser. Il a prévu de construire un bâtiment de 12 m sur 8 m qui pourra contenir jusqu’à 100 t de céréales. Il sera équipé avec le matériel nécessaire pour assurer un bon fonctionnement (bascules, balances, palettes, etc.) et les astuces incontournables pour empêcher toute intrusion de rongeurs, de voleurs et pour minimiser le risque de départ de feu. A côté, les villageois aideront à la construction d'un local de deux salles, l’une pour le bureau et l’autre pour le gardien. Le projet met également à disposition les fonds nécessaires pour acquérir le premier stock de céréales.

Les 2'000 habitants de la région de Touba Cocky et toute l’équipe de Nouvelle Planète vous remercient de votre générosité et vous souhaitent de belles fêtes de fin d’année.

Xavier Mühlethaler

Une banque de céréales au lieu de 30 bougies
Ce projet illustre le mode opératoire promu par Nouvelle Planète depuis 30 ans. Pour fêter cet anniversaire, un groupe de personnalités suisses ira sur place à Touba Cocky et pourra ainsi découvrir notre travail. La banque de céréales a été choisie comme projet des 30 ans de Nouvelle Planète.

Inscrivez-vous à un camp