Appel de novembre 2013

  • Les quatre abris provisoires actuels.

  • Les élèves de Kondéa pourront bientôt suivre les cours dans de meilleures conditions.

Nouveau pays d’action
La Guinée Conakry est un pays paradoxal. D’un côté, elle se situe en queue de peloton par rapport aux indicateurs onusiens. Son indice de développement humain la classe au 177ème rang sur 186, juste avant la République centrafricaine. De l’autre côté, son sous-sol regorge de minéraux: bauxite, qui sert à fabriquer de l’aluminium et dont elle est le premier exportateur mondial, or, diamants, fer, zinc, cobalt, uranium, manganèse et nickel. Ce à quoi s’ajoute une nature luxuriante. Richesse naturelle ne semble donc pas rimer pas avec prospérité, au contraire. Ancienne colonie française, la Guinée n’a connu que des régimes militaires ou autocratiques depuis son indépendance en 1958. Ce ne sont que ces dernières années qu’une transition démocratique réelle semble se dessiner. Le résultat des luttes fratricides au sein de l’Etat, de la mauvaise gestion et de l’exploitation sans relâche des richesses naturelles par les entreprises étrangères fait que la population locale vit dans une pauvreté endémique extrême. Suite à ce constat et grâce à des relais fiables sur le terrain, Nouvelle Planète a donc décidé d’intervenir en Guinée Conakry en y soutenant des projets.

L’éducation: des défis titanesques
En Guinée, le taux de scolarisation dans le primaire est encore très faible. Il avoisine les 50% au niveau national, mais peut être nettement plus bas dans les régions rurales. A cela s’ajoute le fait que 34,3% des écoliers abandonnent l’école et ne finissent pas le cycle primaire. A ce niveau, seuls 65,2% des enseignants bénéficient d’une formation adéquate pour dispenser les cours. Quant à l’infrastructure scolaire, elle est souvent vétuste et inadaptée au nombre d’élèves et au climat local (saison des pluies entre juin et octobre). Le chemin pour offrir une éducation adaptée et de bonne qualité semble encore long en Guinée. C’est pour cette raison que le premier projet soutenu par Nouvelle Planète dans ce pays sera la construction de deux salles de classe équipées et des toilettes pour l’école primaire de Kondéa.

Aidez nous à réaliser notre premier projet en Guinée Conakry
L’école de Kondéa se situe dans le département de Kindia, à une centaine de kilomètres à l’Est de la capitale Conakry, et accueille 362 enfants (parité parfaite voulue entre garçons et filles) dans quatre abris provisoires. Les cours doivent donc forcément être interrompus dès les premières pluies au mois de juin. Ainsi les élèves perdent chaque année deux mois de cours. La tentation des parents est grande de ne pas scolariser leurs enfants et de les garder à domicile où ils peuvent travailler dans les champs ou à la maison dès leur plus jeune âge. Malgré cette réalité difficile et les moyens très restreints dont elle dispose, l’école primaire de Kondéa fait preuve de dynamisme. C’est ce qui a convaincu notre équipe de coordination de les aider dans leurs démarches d’amélioration continue.

Nouvelle Planète va donc soutenir la mise en place d’un nouveau bâtiment de deux salles de classe équipées qui permettra aux élèves de 5ème et 6ème année d’avoir des locaux de bonne qualité et de se préparer de manière optimale aux examens. En plus, un bloc sanitaire avec deux toilettes sera construit pour améliorer l'hygiène dans l'enceinte de l'école. Avec un don en faveur de ce projet, vous pouvez contribuer concrètement à l’acquisition des tables-bancs nécessaires pour les deux nouvelles salles de classe.

Votre soutien pourrait être de:
CHF 50.- pour acheter une table-banc.

Pour ce faire, il vous suffit d’indiquer Guinée sur votre bulletin de versement. Si vous souhaitez recevoir un certificat, ajoutez la mention Certificat. Si vous désirez offrir ce certificat en cadeau à un proche et que son nom y figure, contactez-nous par e-mail (ou par téléphone). Nous vous remercions d’avance de votre appui bienvenu pour le lancement de nos interventions en Guinée Conakry et vous souhaitons de très belles fêtes.

Xavier Mühlethaler

Inscrivez-vous à un camp