Appel de juin 2016

  • Projet d'entraide en Amazonie Péruvienne

    Les moniteurs environnementaux de la FECONACO font face à une rivière de pétrole

Soutenez les indigènes du Corrientes dans leur lutte contre la pollution de l'Amazonie!

Face à une pollution énorme, les indigènes appellent à l'aide pour surveiller les entreprises pétrolières et décrire leurs actions néfastes.

La vallée de la rivière Corrientes est une région isolée de la forêt amazonienne qui produit la moitié du pétrole du Pérou. Hélas, depuis plus de 40 ans, les compagnies pétrolières actives dans la région ont déversé dans la rivière un total de plus de mille milliards de litres d’eau polluée aux métaux lourds et aux hydrocarbures. C’est que chaque litre de pétrole extrait du sous-sol spongieux de la forêt tropicale est accompagné de neuf litres d’eau, dont il faut bien faire quelque chose.

Les habitants du Corrientes au bord de l’asphyxie
Suite à cette contamination d’une ampleur hallucinante – mille milliards de litres ! – tout l’écosystème du Corrientes est pollué en profondeur. Et les habitants indigènes de la région, Achuar, Urarinas et Kichwa, sont gravement atteints dans leur santé ; leur sang contient des niveaux élevés de plomb et de cadmium, et ils souffrent de cancers, d’irritations de la peau, et de fausses couches. Le poisson et le gibier sont devenus impropres à la consommation. Les sols de nombreux jardins sont contaminés et inaptes à l’agriculture. La subsistance est devenue difficile dans le Corrientes.

Des pollutions fréquentes
Malgré un accord établi en 2007 obligeant les compagnies pétrolières à réinjecter les eaux contaminées dans le sous-sol, la pollution du Corrientes continue, car les infrastructures sont vétustes, et de fréquentes ruptures de pipelines sont à déplorer. A tel point que, le jour après avoir reçu son Oscar, l’acteur américain Leonardo Di Caprio a souligné la gravité de la situation en déclarant sa solidarité avec les peuples indigènes de l’Amazonie péruvienne, et en communiquant une vidéo montrant une rivière de pétrole qui coule à travers la forêt : à consulter sur notre site Internet www.nouvelle-planete.ch ou sur http://latincorrespondent.com/2016/03/leonardo-dicaprio-protests-over-oi....

Les habitants bien seuls
La Fédération des communautés indigènes de la vallée du Corrientes (FECONACO), qui représente 25 communautés de la région, demande maintenant à Nouvelle Planète de continuer à soutenir son programme de surveillance environnementale, pour décrire les cas de pollution. Il faut bien reconnaître que, dans cette affaire, il n’y a que les habitants indigènes de la région qui semblent se préoccuper concrètement de la situation. D’ailleurs, une des compagnies pétrolières les plus décriées, PetroPeru, appartient à l’Etat péruvien. Autant dire que les indigènes semblent être les seuls acteurs directement impliqués ayant un intérêt à trouver une véritable solution. Il est certain que leur vie dépend directement de la santé de l’écosystème du Corrientes.

Les 14 moniteurs environnementaux de la FECONACO sont élus par les communautés indigènes ; ils ont déjà reçu une formation pour utiliser des GPS et des smartphones, et pour échantillonner les eaux. C’est grâce au travail qu’ils ont déjà réalisé que le monde entier est au courant, désormais, des graves pollutions qui affectent cette région amazonienne.

6'500.— pour protéger la vallée
Leur travail mérite un soutien à long terme. Nous cherchons à financer ces 14 moniteurs pendant plusieurs mois.

Jeremy Narby

Inscrivez-vous à un camp