Appel de juin 2014

  • Une case de santé de ce type sera mise en place

  • Les relais de santé seront formés

Aidez-nous à améliorer l’accès aux soins de base dans la région de Ndème Ndiaye !

SENEGAL - Une prise en charge sanitaire précoce permet souvent d’éviter des complications ultérieures ayant parfois des conséquences fâcheuses. Lorsque cette prérogative banale n’est pas assurée, les conséquences peuvent être cauchemardesques.  Plongeons dans la réalité sanitaire d’un village rural sénégalais.

Si vous avez un pépin médical en Suisse, vous pouvez agir en vous rendant chez votre médecin de famille, éventuellement dans une permanence médicale ou alors aux urgences. Même le transport peut être facilement organisé. Un problème durant vos vacances, un avion-ambu- lance peut vous rapatrier. Certes, les coûts d’un tel système sanitaire sont astronomiques.
La réalité sanitaire à laquelle fait face la population locale de la région du village de Ndème Ndiaye au Sénégal semble être celle d’un monde très lointain, voire d’une autre galaxie. Ce ne sont pas les coûts financiers qui y défrayent la chronique, mais le coût humain.

Allo docteur, vous êtes où ?
Le village de Ndème Ndiaye se situe dans la communauté rurale de Ndindy, qui correspond en taille à un district suisse. En termes d’infrastructures médicales on n'y trouve qu’un seul poste de santé dans le chef-lieu pour 13'500 habitants. Face à cette situation, le vil- lage de Ndème Ndiaye, distant de 17km du chef-lieu, a créé, il y a 10 ans, une case de santé dans un local provisoire inha- bité. Cette structure est restée provisoire jusqu’à aujourd’hui ! Vu l’état du local, l’agent communautaire et l’accoucheuse effectuent fréquemment les consulta- tions sous les arbres à proximité. Les dix accouchements mensuels ont lieu dans des conditions précaires. La réalité est d’autant plus préoccupante que les conditions d’évacuation sont difficiles, voire quasi impossibles pendant la saison des pluies. De plus, le poste de santé de Ndindy n’a pas une capacité d’accueil suffisante pour traiter tous les patients. Autrement dit, mieux vaut ne pas avoir de soucis médicaux, car vous encourez des risques importants.

Une structure adaptée au contexte local Face à cette situation, il a donc été décidé avec l’équipe médicale de mettre en placeune case de santé équipée pour accueillir les habitants de la région de Ndème Ndiaye afin de traiter sur place 90% des maladies et également de gérer les accou- chements sans complications apparentes. La case de santé va aussi acquérir un âne et une charrette adaptée au transport des blessés ou des malades afin de pouvoir en tout temps les évacuer vers le poste de santé de Ndindy. Un paysan, qui réside à proximité de la case de santé, va veiller sur l’âne et la charrette, afin qu’elle soit opérationnelle en toutes circonstances.

Le projet prévoit également de former un comité de santé et quatre relais de santé qui officieront comme rapporteurs concernant la situation sanitaire dans les villages de la région. Ceci permettra au staff médical d'être informé régulière- ment et d’organiser des campagnes de sensibilisation concernant le paludisme, les maladies diarrhéiques et la poliomyé- lite, ou encore les grossesses précoces et l’excision des jeunes filles, en synergie avec les écoles de la région.

Contribuez à améliorer l’accès aux soins primaires
Chaque année, au Sénégal, de nom- breuses personnes décèdent ou subissent des conséquences irréversibles suite à des maladies évitables ou à des soins prodi- gués trop tardivement. Aidez-nous à changer la donne dans la région du village de Ndème Ndiaye en nous soutenant la démarche de mise en place d’un système de soins de base performants et efficients.

Votre contribution pourrait être de :
- CHF 25.– pour aider à mettre en place le dispositif d’évacuation
- CHF 50.– pour contribuer à la construction de la case de santé

Pour ce faire, il vous suffit d’indiquer Sénégal sur votre bulletin de versement et en cochant Santé.

Nous vous remercions d’avance pour votre soutien.

Xavier Mühlethaler

Inscrivez-vous à un camp