Appel de février 2014

  • Une borne-fontaine d’un projet soutenu
  • Les petites porteuses d’eau

Madagascar – L’eau c’est la vie, certes, mais pour autant qu’elle soit potable. Une nuance essentielle ! Sur les Haut-Plateaux malgaches, c’est la qualité et la proximité de l’or bleu qui constitue le défi.

Chaque matin, vous pratiquez certainement le même rituel : vous vous rendez à la salle de bain, ouvrez le robinet pour vous rincer le visage et vous laver les dents avec de l’eau fraiche et potable. Un geste banal pour nous, mais inimaginable, même dans les rêves les plus audacieux, pour les 1'250 habitants du village d’Ambohijafy. Dans ce village malgache, les femmes et les enfants provenant des quatre hameaux qui constituent le village marchent entre 10 et 20 minutes pour aller chercher l’eau aux différentes sources, et ceci plusieurs fois par jour. Le cumul quotidien des trajets pour couvrir les besoins familiaux peut s’élever jusqu’à deux heures ! Pouvez-vous imaginer consacrer 10% de votre journée à la « corvée d’eau » ?

Amener l’eau devant les maisons

L’eau potable de source existe pourtant en abondance dans la région. Il s’agit donc « simplement » de la capter, puis de l’amener dans les quatre hameaux. Mais la topographie de la région pimente quelque peu le projet. Les techniciens doivent faire preuve d’ingéniosité pour trouvez des sources avec des débits suffisants, contourner les collines ou faire comprendre à quelques villageois réticents les bienfaits de l’ouvrage.

Pour le village d’Ambohijafy, il a été décidé de construire quatre adductions d’eau autonomes, une pour chaque hameau. L’entretien des captages, des réservoirs et des réseaux de tuyauterie sera assuré par quatre comités d’eau distincts. Le sens des responsabilités et le contrôle social implicite est ainsi augmenté et permet de garantir la durée des infrastructures. L’entretien et le nettoyage des bornes-fontaines, en revanche, se feront par deux personnes habitant à proximité afin de responsabiliser les utilisateurs.

Pour alimenter les 29 bornes fontaines réparties dans les quatre hameaux, six sources devront être captées, cinq réservoirs construits et 8'217 mètres de conduites posées. Grâce à cet ouvrage, les 209 foyers du village auront un accès à l’eau courante à moins de 50 mètres de leur maison.

Des effets collatéraux insoupçonnés

La mise en place d’un tel ouvrage redessine complètement la réalité locale. Le projet ne se cantonne pas simplement au domaine de l’eau, mais influence également les domaines de la santé, de l’économie, du social et de la sécurité.

La mauvaise qualité de l’eau est l’un des vecteurs principaux de transmission des maladies parasitaires et la diarrhée aigüe constitue l’une des principales causes de mortalité infantile à Madagascar. Les frais de consultation et l’achat de médicaments grèvent le budget familial. De plus, la personne malade ne peut pas vaquer à ses occupations quotidiennes, ce qui engendre une perte de revenus. L’enchaînement de tels événements déstabilise souvent l’équilibre financier précaire des ménages. Le temps consacré à la corvée d’eau pourrait être utilisé pour des occupations génératrices de revenus ou pour se rendre à l’école. En effet, la corvée d’eau est l’une des raisons expliquant le taux d’absentéisme élevé dans les campagnes malgaches, notamment chez les filles. La proximité d’une borne-fontaine a donc des effets insoupçonnés.

Contribuez à améliorer le quotidien des habitants de la région
Aidez-nous à faire en sorte que l’eau potable coule enfin dans les hameaux d’Ambohijafy en finançant des conduites d’eau ou des sacs de ciment pour construire les bornes-fontaines. Au total, environ CHF 41'000.- seront nécessaires pour réaliser ce projet.

Votre contribution pour être de :
- CHF 12.- pour un sac de ciment
- CHF 45.- pour 30 mètres de conduites d’eau

Pour ce faire, il vous suffit d’indiquer Eau sur votre bulletin de versement et de cocher Madagascar.

Nous vous remercions d’avance de votre soutien pour que l’eau potable soit définitivement acheminée dans les quatre hameaux du village d’Ambohijafy et que le quotidien des habitants en soit grandement amélioré.

Xavier Mühlethaler

Inscrivez-vous à un camp