Appel de Février 2013

  • Les membres du groupement féminin se réjouissent

  • Un projet identique a déjà été soutenu avec succès à Fundong

OFFREZ UN JARDIN AUX FAMILLES DE LA FORÊT IJIM!

CAMEROUN – Actuellement, dans la forêt Ijim, la principale source de revenu est l’abattage des arbres. Sensibilisées à l’importance des forêts, les familles de cinq villages voudraient suivre des formations en agriculture biologique et mettre en place des jardins plus productifs afin de les protéger.

Les habitants du village de Djichami qui se trouve au bord de la grande forêt tropicale Ijim sur les montagnes volcaniques du Nord-Ouest camerounais s'inquiètent. Leur région constitue l’une des dernières grandes forêts de montagne qui subsistent en Afrique centrale, mais l’exploitation du bois la menace. 

Biodiversité versus revenu
D'un côté, les habitants sont conscients de la richesse biologique de leur forêt et souhaitent conserver cette biodiversité à tout prix. D’un autre, le revenu des familles dépend directement de l'abattage des arbres. Certaines familles vendent le bois sur le marché ou au bord de la route comme bois de feu pour la cuisine ou pour construire des maisons et des clôtures. D'autres sont poussées à défricher des nouvelles terres quand la fertilité de leurs jardins diminue, afin d'augmenter le rendement agricole. Quelques habitants coupent aussi des essences d'arbres dont le bois est recherché par des acheteurs internationaux. Différentes campagnes de sensibilisation pour la protection de la forêt ont été organisées dans le village de Djichami par le gouvernement ou diverses organisations. Vu le contexte économique, il n’est pas étonnant qu’elles n’aient pas porté de fruits. Tant que le revenu familial dépend directement de l'abattage d'arbres, tous les cours et toutes les recommandations n'ont rien donné.

Offrir une alternative
Inquiètes face à cette situation, les femmes de différents groupements villageois, dont celles de Djichami, se sont regroupées et ont contacté CDVTA, l'équipe de coordination de Nouvelle Planète au Cameroun. Ensemble, elles ont élaboré un projet qui vise à donner aux habitants des cinq villages l'opportunité de développer des activités lucratives tout en préservant la forêt. Les femmes de ces groupements seront soutenues dans leurs projets d'apiculture, d'agriculture biologique et de mise en place de petites serres pour le greffage d'arbres. Avec des personnes formées et équipées pour mener ces tâches à bien, les groupements pourront générer assez d'argent pour racheter des semences et des outils ainsi que pour entretenir les ruches et les serres. Ils n'auront donc plus besoin de défricher des terres supplémentaires dans la forêt, ni de couper les arbres pour vendre le bois.

Aidez-nous à offrir une alternative aux habitants!
En faisant un don en faveur de ce projet,  vous pouvez contribuer très concrètement à l'amélioration du niveau de vie des familles et à la protection de la forêt. Il est notamment prévu de planter mille arbres et de suivre leur développement. Avec CHF 15.-, vous permettez la plantation d’un arbre. Vous pouvez également soutenir, pour CHF 37.-, la construction d’une petite serre dans laquelle une femme pourra produire des jeunes pousses d’arbres fruitiers, p. ex. des manguiers, qui seront ensuite replantés en forêt. Un montant de CHF 64.- permet l'acquisition des semences pour un jardin biologique. Pour appuyer cette action, il vous suffit de mentionner «Ijim» sur votre bulletin de versement. Nous vous remercions d’avance chaleureusement de votre soutien.

Votre soutien pourrait être de:
CHF 15.- pour la plantation et le suivi d'un arbre
CHF 37.- pour une serre pour une femme
CHF 64.- pour un jardin biologique

Luana Thür

Inscrivez-vous à un camp